menu

Le biogaz, de quoi s’agit-il ?

Le biogaz est une énergie renouvelable issue de la fermentation de matières organiques, telles que les déchets verts ou les boues d’épuration. Il est essentiellement composé de méthane.

Il provient de la fermentation de la biomasse en absence d’oxygène. Ce processus permet de transformer en méthane et dioxyde de carbone, les hydrates de carbone, les protéines et les lipides contenus dans les déchets verts. Il en résulte un gaz d’épuration et de digestion. Une tonne de déchets organiques permet de produire entre 25 et 300m3 de biogaz.


L’utilisation du biogaz et ses applications au niveau énergétique

Le biogaz peut être injecté dans le réseau. A ce niveau, la Suisse fait office de pionnière, étant donné que du biogaz a été injecté dans le réseau gazier en 1997, en tant que première mondiale !

Le biogaz peut être utilisé comme combustible pour le chauffage ou comme carburant (GNC). En Suisse, ce dernier en contient au moins 20%.

Le “power to gas”

Le Power To Gas est une technologie prometteuse pour assurer un approvisionnement énergétique durable en Suisse. L’enjeu est notamment de stocker en grande quantité de l’électricité issue de sources renouvelables pour transporter cette énergie sur de longues distances avec le moins de pertes possibles.

En effet, l’électricité issue d’énergies renouvelables qui n’est pas utilisée peut être stockée de manière saisonnière sous forme de méthane ou d’hydrogène, ce qui est impossible à l’aide de batteries ou d’autres technologies.

Dans une première phase, du courant issu de l’énergie éolienne, solaire, hydroélectrique ou de la géothermie est transformé en hydrogène, qui est à son tour converti en méthane synthétique présentant les mêmes qualités que le gaz naturel, moyennant adjonction de CO2. Les applications sont innombrables:

La différence est la neutralité du point de vue du CO2 : la combustion ne rejette pas plus de CO2 que le processus de production n’en avait absorbé préalablement.

A l’avenir, la technologie Power To Gas pourra largement contribuer au couplage des secteurs en reliant les différentes énergies existantes. Ceci permet à la Suisse de maintenir sa position de pôle scientifique dans les clean techs face à la concurrence internationale.